Fasciite plantaire : Inflammation causée par un étirement du fascia plantaire

Fiche d’information sur la Fasciite Plantaire

Le fascia plantaire est un tissu situé sur le dessous du pied, qui relie le talon à nos doigts de pieds pour créer ce que l’on nomme la voûte plantaire (ou encore l’arche du pied). La condition causée par l’inflammation du fascia plantaire se nomme donc la fasciite plantaire.



La Fasciite plantaire en bref

Fascitte PlantaireCette inflammation est causée par un étirement ou une sur utilisation du fascia plantaire, et peut conduire au déchirement de ce tissu. Cela cause des douleurs et rend les mouvements difficiles. Les patients qui souffrent de cette affection du pied ressentent une douleur intense dans l’arche. La douleur aux pieds la plus courante des patients qui en sont affligés concerne une douleur vive, ainsi qu’une raideur dans la voûte plantaire.


L’anatomie du fascia plantaire ou de l’aponévrose plantaire superficielle

Ce problème du pied, la fasciite plantaire, est parmi les plus courants chez les hommes physiquement actifs. La région corporelle ciblée ici est le dessous de nos pieds, ce qu’on appelle la plante du pied (d’où le terme « plantaire »), par opposition à sa région dorsale (le dessus du pied). La plante du pied est un complexe : des tissus, des tendons, des nerfs et des muscles y sont superposés et intégrés pour former, en symbiose avec les os, une structure efficace pour le mouvement, l’équilibre, le soutènement et l’amortissement du poids corporel.

L’anatomie du fascia plantaire ou de l’aponévrose plantaire superficielleDirectement sous la peau, laquelle est plus épaisse aux différents points d’appui au sol, se trouve un coussin qui offre une seconde protection, notamment au talon. Il s’agit du pannicule adipeux plantaire. Juste au-dessus de ce coussin graisseux, sur presque toute la longueur du pied et en deçà des fibres musculaires, se trouve une autre couche. Il s’agit cette fois d’une bande relativement épaisse de tissu conjonctif (élastique) qui maintient en quelque sorte sous tension la voûte plantaire (la cambrure du pied) et lui fait conserver sa courbure. Cette bande, c’est l’aponévrose plantaire superficielle (APS).

L’APS est fixé à l’os du talon et se termine sous la forme de cinq bandelettes jusqu’aux têtes métatarsiennes, c’est-à-dire le début des orteils. Fermement adhérent aux muscles plantaires, l’APS ne forme pas une lame fibreuse uniforme; il varie en largeur et en épaisseur et il se divise en trois faisceaux (central, latéral, médial). On appelle plus communément l’APS : fascia plantaire. Matériau ligamentaire, le fascia plantaire est composé notamment d’eau, de fibres de collagène (pour la solidité), d’élastine (pour l’élasticité), de protéoglycanes (pour la souplesse) et d’acide hyaluronique (pour la viscosité du cartilage).


La fasciite plantaire est une inflammation suivie de douleur et enflure

Fasciite et aponévrosite (plantaire) sont synonymes. Elles désignent une inflammation de cette bande de tissu fibreux de la plante du pied qu’est le fascia plantaire. La réaction inflammatoire peut se produire à la suite d’une infection ou d’une blessure, par exemple. Elle se traduit généralement par une douleur sous le pied.

L’inflammation du fascia plantaire sous-entend souvent des micros-lésions tissulaires, voire un déchirement plus important. La fasciite se manifeste classiquement par des douleurs, parfois vives comme une brûlure, et par une raideur à la voûte plantaire. S’il y a blessure et que celle-ci est devenue chronique, il est possible que la réaction inflammatoire diminue grandement sans toutefois que la dégénérescence ne cesse. On parle alors de fasciose plantaire.

Les douleurs que cause la fasciite plantaire se ressentent le matin lors des premiers pas, après des heures passées debout, après une activité physique intense ou même après qu’on ait été longtemps en position assise. La fasciite se révèle aussi par un épaississement du fascia plantaire. À plus de 4 – 4.5 mm d’épaisseur, on peut parler d’une inflammation.

CONSULTATION GRATUITE-POUR FASCIITE PLANTAIRE

Je suis serveuse dans un restaurant et on m’a congédiée car j’étais trop souvent absente du à une douleur sous un arche du pied et 3 semaines après ma consultation j’ai pur recommencer à travailler dans un autre restaurant.Très satisfaite!

Émilie

Si vous avez une fasciite plantaire comme celle que j’ai eu je vous recommande cette endroit car j ai été soulager assez rapidement suite à mes 2 rendez vous

Vincent Poitras

Avant de consulter cette clinique j’ai fait 3 mois de physiothérapie et j’avais une douleur sous mon arche gauche qui m’empêchait de marcher plus de 5 minutes. 1 mois après mon rendez-vous je peux faire de longue marche et je pense commencer la course à pied bientôt.

Stéphanie Paquet

Les avantages des orthèses pour contrer la douleur du pied platLes avantages des orthèses pour contrer la douleur du pied platLes avantages des orthèses pour contrer la douleur du pied plat
Première consultation gratuiteÀ travers le Québec et en OntarioSans engagement


Causes de la fasciite plantaire

La fasciite plantaire est un problème orthopédique commun. Tant les femmes que les hommes peuvent en être affectés, mais les sportifs de sexe masculin âgés de 40 et 70 ans sont plus touchés statistiquement parlant. Il reste que cette inflammation peut avoir plusieurs causes et qu’il y a chez certaines personnes des dispositions les y exposant davantage.

Le fascia plantaire est une bande élastique. Dès que le corps n’est plus au repos, cette bande participe aux fonctions de soutien et d’absorption en s’étirant et en se contractant plus ou moins. En position debout, alors que tout le poids corporel est supporté, son étirement est d’ailleurs maximal. Évidemment, plus l’activité est intense et de longue durée, plus le fascia plantaire est sollicité. La sur-utilisation de ce «système de suspension», ou un échauffement inadéquat avant une activité sportive peut mener à des gonflements ou à des lésions, habituellement responsable de la douleur ressentie. Il est à noter que l’âge et une surcharge pondérale (obésité) contribuent significativement au développement d’une fasciite plantaire.

Avec ses 26 os, ses 33 articulations et sa centaine de muscles, ligaments et tendons, le pied est une structure complexe. Un défaut congénital ou acquis dans l’alignement et l’assemblage de ces composantes entraîne également une déformation plus ou moins prononcée de la voûte plantaire. Exagérément cambrée, celle-ci modifie le patron normal d’appui au sol : les points de contact sont déplacés aux extrémités. On parle ici de pieds creux. Chez l’enfant, le fascia plantaire fonctionne alors incorrectement, ce qui peut se traduire par des déséquilibres et une fatigue indue lors de la marche, par la présence de callosités et par des douleurs annonciatrices d’une fasciite plantaire.

Un pied normal est un pied relativement cambré. En marchant, cette morphologie permet au pied de s’écraser partiellement au sol tout en s’allongeant, ce qui donne un effet d’amortissement. Dans le cas des voûtes plantaires insuffisamment, voire nullement courbées, ce qu’on appelle les pieds plats, cet effet est contrecarré. Le déficit musculaire et ligamentaire qui est à l’origine des pieds plats peut se combler avec la croissance de l’enfant, moyennant un suivi orthopédique. Si toutefois la déformation n’est pas corrigée avant 16-18 ans, elle deviendra irrémédiable. Outre de l’inconfort et une capacité propulsive diminuée, les pieds plats provoquent chez l’adulte d’importantes douleurs inflammatoires (fasciite plantaire).

Examen, modélisation et test pour la fasciite plantaireCela dit, entre les cas pathologiques extrêmes, une variation de la cambrure plantaire est présente d’un sujet à l’autre. Il y a des pieds qui sont plus « aplatis » que d’autres. Il est toutefois faux de penser qu’une forte cambrure de la voûte plantaire est préférable. En effet, des études en biomécanique ont montré que passé un certain niveau de courbure, la cambrure du pied produit un « effet de voûte » qui diminue la mobilité nécessaire à l’absorption des chocs (les contacts avec le sol en courant, par ex.). La réaction à la charge, appliquée lors de l’attaque au sol, en est modifiée et c’est le fascia qui encaisse le coup. D’où le risque accru de fasciite plantaire.


Démarche et activités versus la fasciite plantaire

Donc, des malformations structurelles importantes peuvent provoquer directement la fasciite plantaire. Mais une sollicitation intense, voire excessive du fascia plantaire découlant d’une activité sportive peut aussi être en cause. Cela dit, certains joggeurs, par exemple, sont relativement à l’abri de la fasciite plantaire tandis que d’autres, également sans surcharge pondérale et rompus aux principes de l’entraînement, en souffrent. Pourquoi? Encore une fois, il faut faire un peu de biomécanique pour comprendre.

Les corps anatomiquement parfaits sont rares. Nous avons tous quelques déviations, insuffisances ou déséquilibres plus ou moins importants dans notre appareil musculo-squelettique. Nos pieds ne font pas exception, mais le corps est pour ainsi dire bien fait : à moyen ou long terme, il s’en accommode sans nous le signifier par la douleur, du moins dans le cadre d’un usage normal. Or, lorsqu’il y a surutilisation, notamment sportive, des imperfections biomécaniques (même légères) au niveau du pied deviennent plus déterminantes et peuvent mener à la fasciite plantaire. C’est le cas de la course à pied.

Conditionnée par la foulée et cadrée par le jeu de la cheville (articulation sous-astragalienne), la pronation est la dynamique du pied lorsque nous marchons ou courons. Le talon fait d’abord contact, avec un appui déphasé vers l’extérieur (latéralement), car le pied est légèrement incliné de côté; les orteils sont relevés, pointant eux aussi vers l’extérieur. Puis, en une centaine de millisecondes, l’appui se transfère vers l’avant du pied et vers l’intérieur, pour finir avec la poussée donnée principalement par le gros orteil. Durée totale du mouvement : ¼ de seconde. On appelle déroulé du pied cette dynamique, et la pronation est la façon dont se… déroulent les choses! La pronation de type normal ou l’appui universel (standard) est ce que nous venons de le décrire.

Il arrive toutefois que la pronation soit insuffisante (sous-pronation). Le pied tourne, avec une attaque normale du talon et un passage des appuis vers l’avant, mais reste incliné de sorte que c’est le bord externe de la plante du pied qui tend à prendre la charge. Le retour des appuis sur l’intérieur se fait partiellement en phase finale. Cette anomalie est aussi appelée supination, elle à l’origine de certaines blessures et elle accroît le risque de fasciite plantaire.

À l’inverse, la surpronation est caractérisée par un transfert prononcé et hâtif du poids vers le bord interne inférieur du pied, bien avant la poussée finale. Il en résulte un allongement excessif du fascia plantaire ainsi qu’une augmentation de la tension des tissus musculo-aponévrotiques. Un tel «aplatissement» est accentué par une pratique sportive intense non corrigée biomécaniquement (par l’ajustement des chaussures) et entraîne souvent de l’inflammation localisée (fasciite plantaire notamment).

CONSULTATION GRATUITE-POUR FASCIITE PLANTAIRE

fasciite plantaire testi1

fasciite plantaire testi2



(vidéo en anglais)


Examen, modélisation et test pour la fasciite plantaire

Si la douleur persiste, un examen pourrait vérifier la sensibilité, l’existence d’un pied plat ou cambré, une zone enflée, un talon d’Achille raide ou tendu.

Un examen biomécanique des pieds permet de déceler des problèmes invisibles à l’œil nu.


Fasciite plantaire et pied

À un bout du pied, il y a le calcanéum, un des os du talon, et à l’autre bout se trouvent les métatarses (les plus longs os des orteils). Entre les deux et fixée à eux : une bande élastique sous tension (le fascia plantaire) empêche l’affaissement du pied (ce qui équivaudrait à la déformation plastique de la voûte plantaire et à l’accroissement de la distance entre les métatarses et le calcanéum). Sous charge et durant la phase de propulsion, il y a déformation élastique de la cambrure du pied, mais il y a aussi une augmentation de la tension plantaire produite aussi par le raccourcissement momentané du fascia qui s’enroule marginalement autour des articulations métatarso-phalangiennes lors de la dorsiflexion du gros orteil. Pour faire image, pensez à un treuil situé à l’extrémité d’un arc posé convexement au sol et enroulant sa corde.


Si vous pensez souffrir de fasciite plantaire , consultez un médecin.

Référence : Laboratoire Footmax
www.ncbi.nlm.nih.gov/


CONSULTATION GRATUITE-POUR FASCIITE PLANTAIRE


Vous pourriez aussi être intéressé par : ÉPINE DE LENOIR | Épine Calcanéenne 

Footmaxx™

La technologie de pointe Footmaxx™ : une analyse innovatrice et scientifique de votre démarche pour soulager votre douleur aux pieds.

ConsulterView

Orthèses plantaires

Nous offrons une gamme variée d’orthèses spécialisées pour traiter tout problème, affection et douleur aux pieds.

ConsulterView
Show Buttons
Hide Buttons
Faites Appel è nos Experts dans L'une de nos 30 Cliniques : Consultation Gratuites